Ville de PERONNE / Culture / Musée Alfred-Danicourt / L'Actualité du Musée / Le Musée Alfred-Danicourt s’enrichit de nouvelles toiles grâce à la famille Michel.

Le Musée Alfred-Danicourt s’enrichit de nouvelles toiles grâce à la famille Michel.

Le Musée Alfred-Danicourt s’enrichit de nouvelles toiles grâce à la famille Michel.

Charles-Henri MICHEL (1817 - 1905)

A la fin du 19e siècle, le peintre Charles-Henri MICHEL (Fins 1817 - Paris 1905) honorait régulièrement le musée municipal en offrant des œuvres à la ville de Péronne. Après les ravages de la Grande Guerre, son fils le Docteur Paul Michel participa à la reconstitution des collections du musée en faisant don de dizaines de toiles et esquisses.

Pierre_Michel_grand_mère

Pierre Michel et sa grand-mère

80 ans plus tard, ce sont les fils de Paul Michel, Pierre et Charles-Henry Michel, qui contribuent à la sauvegarde de la mémoire artistique de leur grand-père en poursuivant les dons en faveur de la ville de Péronne.

C’est ainsi qu’en novembre dernier, Monsieur Pierre Michel, ingénieur commercial retraité, ancien élève de l’ESSEC, a offert à notre musée les portraits de Charles-Henri Michel et de sa regrettée épouse Célanie Harlé-Michel (décédée à 34 ans après seulement 10 ans de mariage). On oublie souvent que c’est là un geste courageux pour celles et ceux qui sont attachés à des œuvres de famille mais les laissent rejoindre des collections publiques pour le bénéfice et la connaissance de tous. C’est ce qu’atteste Pierre Michel :

« Ces huiles sur toile font partie intégrante de ma vie. Ce sont des œuvres avec lesquelles j’ai vécu depuis 1920, et c’est donc un déchirement pour moi de me séparer de ces tableaux. Mais mes appartements ne me permettent plus de les protéger ni de les mettre en valeur convenablement. Je préfère donc les voir rejoindre une collection publique.

Toutes les vacances de la famille se passaient à Péronne où nous avions une maison. Mon grand-père était très attaché à ses œuvres mais il était tout aussi attaché à son pays et à la ville de Péronne. Par delà la mort il doit donc être satisfait de ce don. J’éprouve une grande émotion de les savoir réunis au musée, eux qui ont été si peu ensemble. »

Célanie et Charles-Henri